Ils ont fait l'histoire de Massillon

Ils ont fait l’histoire de Massillon

Jean-Baptiste Massillon

Orateur hors pair qui officia sous Louis XIV, Jean-Baptiste Massillon donne son nom à l’école.

Né en 1663, il rejoint la congrégation oratorienne de Hyères à 18 ans mais ce n’est qu’à trente ans qu’il devient prêtre. Ses talents d’orateurs lui valent d’être remarqué très tôt.

Dès 1700, il est invité à la cour, où il prêche l’Avent devant Louis XIV, qui se montre très élogieux à son égard. Prédicateur de la cour, il prononce de nombreux discours et oraisons funèbres, notamment celle du roi en 1715, dont les premiers mots restèrent gravés dans les esprits : « Dieu seul est grand, mes frères et dans ces derniers moments surtout où il préside à la mort des rois de la terre ».

Il devient ensuite évêque de Clermont en 1717 et est élu à l’Académie française en 1718. Il s’éteint en 1742, laissant le souvenir d’un prédicateur exigeant et d’un évêque proche de ses paroissiens.

Homme de lettres, son nom est inscrit sur la façade de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, et une statue est érigée en son nom près de la fontaine Saint-Sulpice.

Gaspard de Fieubet

A l’âge de 50 ans, Gaspard de Fieubet, conseiller d’Etat et chancelier de la reine Marie-Thérèse, épouse de Louis XIV, rachète l’hôtel d’Herbault 80 000 livres. Il fréquente la cour et sa personnalité enjouée lui vaut de nombreuses amitiés.

Le rachat de l’hôtel par Gaspard de Fieubet marque une période de fastes sans précédents. Sous son impulsion, de nombreux travaux sont ainsi entrepris. Il fait notamment appel à l’architecte du roi Jules Hardouin Mansart. Des travaux de décoration intérieurs sont également entrepris : certaines fresques sont aujourd’hui conservées au Musée du Louvre.

Alphonse Gratry

Alphonse Gratry est un acteur majeur de la restauration de l’Oratoire durant la seconde moitié du XIXe siècle. Docteur en théologie et en lettres, polytechnicien, il devient prêtre en 1832 tout en poursuivant sa carrière dans les sphères intellectuelles et dans le monde de l’éducation. Directeur du Collège Stanislas entre 1840 et 1846, il est ensuite nommé aumônier de l’Ecole Normale. Il quitte cette fonction en 1852 pour se consacrer à la refondation de l’Oratoire avec son ami l’abbé Pétetot.

Professeur de théologie morale à la Sorbonne, il est élu à l’Académie française en 1867. A Massillon, le bâtiment qui abrite l’école primaire porte son nom.

1.04.2-a-Ils-ont-fait-l'histoire_JB-Massillon
1.04.2-b-Ils-ont-fait-l'histoire_Gaspard-de-Fieubet
1.04.2-c-Ils-ont-fait-l'histoire_Alphonse-Joseph-Gratry